mardi 4 juillet 2017

Aux grandes Femmes, les féministes reconnaissantes

Alors que la France honorera Simone Veil, le mercredi 5 juillet 2017 aux Invalides, le mouvement Femmes solidaires souhaite également rendre hommage à la jeune fille survivante de la barbarie nazie, à la combattante pour les droits des femmes, à la pacifiste européenne, enfin à l'académicienne. Peu de femmes ont autant que Simone Veil marqué dans toutes les étapes de leur existence la vie des français.e.s, la destinée de la France.

Femmes solidaires salue l'infatigable travailleuse de la mémoire. Elle qui, ayant survécu aux horreurs perpétrées par les nazis à Auschwitz et Bergen Belsen, écrit et prononce de nombreux discours et témoignages dans les écoles, les rendez vous officiels pour dénoncer mais aussi rappeler les liens étroits entre l'extrême droite française et la France de Vichy jusqu'aux camps nazis.

Femmes solidaires salue la combattante pour les droits des femmes et notamment le droit à disposer de son corps. Elle qui, par son courage, sa détermination, sa force de conviction, accompagnée par les mobilisations du mouvement féministe, permet de faire adopter la loi autorisant l’IVG qui change concrètement la vie des femmes en desserrant l’étau du patriarcat qui les étouffe depuis des siècles et des siècles. Même si ce droit reste, encore aujourd’hui, fragile voir remis en cause en France et dans le monde.

Au delà de nos différences d'appréciation sur l’Europe, Femmes solidaires salue l'européenne humaniste qui voyait dans la construction de cet espace politique les fondements d’une paix durable, devenant en 1979 la première femme présidente du Parlement européen.

Enfin, Femmes solidaires salue la femme de lettres dont l'oeuvre, Une vie, lui ouvre les portes de l’Académie française en 2008 et lui permet une fois de plus de féminiser une assemblée représentant notre pays une fois de plus au masculin.

En perdant Simone Veil, la France perd une femme d’une grande rigueur intellectuelle, une femme de courage et une femme des grandes lumières de la nation. Les femmes perdent une alliée, une sœur, de celles qui ouvrent des portes de leur libération et ont gagné à jamais leur place au Panthéon des féministes.

Aucun commentaire: